Castor politique

Des fables et de la politique

L’hypocrazy

Connaissez-vous l’hypocrazy ? Je suis sur que non, que vous la confondez avec l’hypocrisie. Quelle erreur ! Voyez vous même :

Hypocrisie : Caractère d’une personne qui dissimule sa véritable personnalité et affecte, le plus souvent par intérêt, des opinions, des sentiments ou des qualités qu’elle ne possède pas.
Hypocrazy : Caractère d’une personne qui invoque sans les appliquer de grands principes moraux et la profondeur de ses émotions pour justifier sa politique partisane, ses jugements péremptoires et ses immixtions sur tout.

L’hypocrazy fait office d’hypocrisie modernisée. La vieille hyocrisie est née des rigidités des anciennes politesses et devenue inutile voir ringarde dans une société moderne n’ayant soi disant plus de tabou. On peut dire n’importe quoi, pourvu qu’on le dise bien et avec conviction, la larme à l’oeil en cerise sur le discours permettant de tout justifier, tout mélanger, tout dire.

En remettant une décoration au premier ministre québécois Jean Charest, M. Sarkozy a plaidé pour l’unité du Canada et le refus du sectarisme, le refus de la division, le refus de l’enfermement sur soi-même, le refus de définir son identité par opposition féroce à l’autre. D’où, pour Mr Sarkozy, l’intérêt d’un ministère de l’identité nationale qui surveille que nos immigrés laissent bien leur culture à la frontière.

D’après Sarkozy, l’origine de son propre humanisme est à chercher dans l’idée qu’il se fait de la France d’ un pays qui rassemble et non pas qui divise… un pays, par exemple, qui rassemble les immigrés dans des charters et des camps de transit pour que tous les noirs et les autres puissent se retrouver et partager leur bonheur d’être en Europe.

Sarkozy cultive l’hypcrazy, se mêlant, comme l’a fait De Gaulle, de ce qui ne le regarde pas, mais à la manière des méchants d’Alain :

La force des méchants c’est qu’ils se croient bons, et victimes des caprices d’autrui. Aussi parlent-ils toujours de leurs droits, et invoquent-ils perpétuellement la justice; toujours visant le bien à les entendre; toujours pensant aux autres, comme ils disent; toujours étalant leur vertus, toujours faisant la leçon, et de bonne foi.

L’hypocrazy, c’est donc beaucoup de méchanceté, de l’émotion mal placée et un zeste d’hypocrisie.

février 8, 2009 Posted by | actualités | 3 commentaires