Castor politique

Des fables et de la politique

La belle morale.

Après la guerre d’indéependance américaine, des fermiers ruinés se rebellèrent contre le tout nouvel état. Lorsqu’ils furent arrêtés, l’un des nouveaux dirigeants, Samuel Adams, dit au général Lincoln qui prêchait le pardon : « si nous étions en monarchie, le crime de trahison pourrait être pardonné ou légèrement sanctionné, mais ceux qui osent se dresser contre les lois de la république doivent mourir. »

Publicités

juin 6, 2008 - Posted by | Uncategorized

Un commentaire »

  1. C’est fort ça comme morale.
    Parfois, on se demande si on n’a pas des énormes oeillères…

    Commentaire par villacampa | juin 7, 2008 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :