Castor politique

Des fables et de la politique

La belle politique

Voici une phrase de Sarkozy lors de sa visite en Tunisie. Elle est admirable de subtilité politique. Le voyez-vous ?

Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami, de m’ériger en donneur de leçon.

La réponse se trouve un peu plus loin…

____________________________________________________________________

Citations

Voici tout d’abord quelques citations qui parlent d’elles même, ou presque.

Sarkozy : Aujourd’hui, l’espace des libertés progresse. Ce sont des signaux encourageants que je veux saluer. (…) Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami, de m’ériger en donneur de leçon.

(novembre 2007) FIDH : Note sur l’état des libertés en Tunisie à l’attention du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies.

(…) en matière de respect des libertés est sombre. Depuis 20 ans, l’élan de réforme reste bloqué et aucune amélioration notable ne peut être mis en avant par les autorités. (…) les atteintes aux libertés individuelles, y compris la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté d’expression et la liberté de la presse sont quotidiennes (…) La promulgation d’une nouvelle loi relative au système judiciaire, au Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) et au statut des magistrats, le 4 août 2005 « restreint l’indépendance des magistrats », comme le Rapporteur spécial des Nations unies sur l’indépendance des juges et des avocats l’avait définie en mars 2006. (…) De plus en plus, le gouvernement tunisien instrumentalise les préoccupations sécuritaires comme arme de répression de l’opposition et de tout mouvement de la société civile critique par rapport au bilan du gouvernement. (…) la recrudescence de l’usage de la torture sur des prisonniers a été l’un des effets les plus notables de l’application de la nouvelle loi sur le terrorisme.

Vous trouverez de nombreux exemples de torture et d’emprisonnements arbitraires sur Internet, pas la peine de les énnumérer ici.

Sarkozy encourage le communautarisme

Et maintenant, l’interprétation de la petite phrase : Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami, de m’ériger en donneur de leçon.

Elle est, me semble-t-il, bien plus subtile qu’elle ne paraît.

Nous savons que le quoi indique ici les droits de l’homme et que cette phrase est une manière de dire que l’amitié et la politesse sont au-dessus des droits de l’homme. Ceci déjà est choquant, même dans la France rebelle qui déteste aveuglément la délation. Mais il y a plus.

Car en écrivant quoi, il indique aussi combien méprisables peuvent être ces droits de l’homme qu’il n’est même pas nécéssaire de nommer.

En écrivant ce quoi, il dit encore que rien ne vaut l’amitié. Mais qu’est-ce que l’amitié ? C’est un lien entre personnes, un aveu de proximité, une reconnaissance d’appartenance à une certaine communauté.

Ce qu’il fait donc, c’est dire ceci : seul importent les gens qui sont autour de vous, les liens humains qui vous relient à votre entourage.

On peut comprendre que Le Pen ait apprécié la citation, car l’extrème-droite a compris combien les mots de Sarkozy encouragent une certaine forme de communautarisme : le nationalisme. Seuls les Français nous importent, pour les autres, il n’existe aucune valeur morale qui nous obligerait à leur porter secours.

Sarkozy joue sur plusieurs tableaux, il se fait un ami et il sait qu’il justifie une part importante de sa politique sur ces quelques mots, le nationalisme économique, mais aussi sa politique d’immigration au nom d’une communauté française dont les liens sont plus importants que n’importe quoi.

Qui sait, un jour peut-être, nous n’accepterons plus les réfugiés politique ni personne d’autre, car on ne voit pas au nom de quoi, on devrait mettre en avant la souffrance de gens qui n’ont aucun lien avec la France.

Cette phrase est-elle le signe précurseur d’un repli sur soi ? L’aveu que chacun doit balayer devant sa porte et ne pas le faire chez le voisin ?

Ou pire ?

Publicités

avril 30, 2008 - Posted by | Politique | ,

5 commentaires »

  1. – Mais si Nico, vas-y! Après tout, tu es le président de la République Française, pays des droits de l’homme : cette légitimité que tu as et qui t’autorise à donner des leçons.

    – « Je préfère ne pas dire qu’il faudrait que je donne des leçons »: finalement, avec ce sous-entendu il donne une leçon aux donneurs de leçons!

    Commentaire par Villacampa | avril 30, 2008 | Réponse

  2. Je crois que c’est plus fort que ca.

    Commentaire par castorpolitique | mai 1, 2008 | Réponse

  3. Je crois que je sais de quoi tu parles… C’est quand la visite de Sarcoco au Québec? 😉

    Commentaire par Manx | mai 1, 2008 | Réponse

  4. J’avais pas pensé à ça mais je suis impatient de voir quelles conneries il pourrait dire là-bas.

    Commentaire par castorpolitique | mai 2, 2008 | Réponse

  5. Sarkoszy à pris des notes lors de son voyage chez son homologue à la bannière étoilée.
    Des cours de real-politik. La politique exige un certain “savoir vivre”, désué certe mais dont les bonnes maniéres recouvrent tel un tapis, les sombres tas de poussière de cette vieille Viéme république.
    La rupture, la vraie, réside dans le fait que que le discours rejoint la méthode.
    2/3 blablas sans importances que l’on pourra contredire sans soucis du ridicule mais de la vraie géo-stratégie comme arme. Le programme de Sarkosy est simple.
    Là où Chirac avait placé la France du coté du cœur en refusant la deuxième guerre d’Irak et s’opposant aux USA, Sarkozy replace (c’est du moins son ambition) dans le peloton de tête de l’activisme néo-libéral.
    Regonfler les entreprises du CAC40 à n’importe quel prix.
    Sarkozy se fout royalement du peuple (Français en autre). Seul le concert des nations orchesté par un FMI le préoccupe.

    Commentaire par jeffecastan | mai 4, 2008 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :